02 41 44 57 83

Sélectionner une page
Apparition de salpêtre et d’autres sels

Le nitrate de potassium est connu sous l’appellation « salpêtre » qui signifie sel de pierre.
Il se présente sous forme de petites fibres blanches ou sous forme de traces d’efflorescences blanches et sèches.

Il est issu de la transformation par des bactéries de l’ammoniac provenant des sols humides et du carbonate présents dans les murs en des sels minéraux qui cristallisent en surface.

Les sels ainsi formés s’attaquent principalement aux carbonates de chaux qui composent les chaux, les ciments et les mortiers. Ils sont usuellement présents dans toute l’épaisseur des murs.

Généralement, ce sont des morceaux d’enduit sous forme de plaques qui se détachent du reste de la structure en premier. Les sels cristallisent en effet dans l’enduit sous l’action de l’air. Il arrive parfois aussi que des pans de mur entiers s’effondrent sous leur action continuelle si aucun travaux n’est entrepris.
Enfin, certains sels ont des propriétés hygroscopiques, c’est à dire qu’ils attirent l’humidité, aggravant ainsi le problème initial.

Développement de moisissures

Les moisissures sont des champignons naturellement présents dans l’environnement, mais problématiques dans les logements.

Bien que certaines moisissures s’adaptent à l’air sec, la plupart se développent de façon optimale dans un environnement humide. En effet, leur présence révèle un taux d’humidité supérieur à 75 %, puisque c’est l’élément vital de leur propagation.

Les moisissures apparaissent généralement dans les pièces les plus humides (cuisine, salle de bains, cave, ou encore au sous-sol), se logeant sur les murs, les cloisons, le mobilier, les tissus, les moquettes.

Elles sont aisément reconnaissables à la forte odeur désagréable et incommodante qu’elles peuvent dégager.

Dégradation des revêtements muraux

L’humidité dans le bâtiment entraine également d’autres pathologies relativement courantes, telles que :
– décollement du papier peint,
– cloquage des peintures,
– cloquage des enduits.
Ces problèmes nuisent à l’esthétique du bien immobilier.

Détérioration de l’isolant thermique

Si certains isolants sont peu sensibles à l’eau de par leur nature (polystyrène, polyuréthanne), ce n’est pas le cas de la majorité des isolants usuellement utilisés en habitation, tels que les laines minérales (laines de verre ou laines de roche). Elles sont en effet très sensibles à l’humidité.

Une forte teneur en humidité d’un isolant sensible dégrade de manière significative sa résistance thermique, qui peut être divisée par 10.
Lorsque l’isolant est mouillé, il est très difficile de l’assécher.

Demander un

diagnostic

gratuit

Devis gratuit dans le département 49

* obligatoire