02 41 44 57 83

Sélectionner une page
Étude du cadre environnemental

Humidite-4-Diagnostic-1-Etude du site

La première étape du diagnostic est celle de la compréhension du cadre environnemental.

Au travers d’un échange entre l’expert en charge du diagnostic et les occupants, les différents facteurs pouvant jouer sur l’origine du problème sont analysés.

Ainsi, la localisation, la fréquence et l’intensité des désordres constatés sont répertoriées.

Par la suite, l’expert s’intéresse aux habitudes des occupants pouvant être à l’origine de désordres, afin d’identifier, le cas échéant, de mauvaises pratiques.

Un constat visuel des alentours est ensuite réalisé, afin de détecter des facteurs à risque comme la topographie du terrain, les zones de rejaillissement, l’exposition et l’orientation.

Enfin, l’expert s’intéresse à la structure du bâtiment afin de la qualifier (état, dégradation localisée, fissuration, matériaux, type de structure, type d’enduit, type de soubassement).

Investigation technique

Humidite-4-Diagnostic-2-Investigation b

L’investigation technique est la seconde étape du diagnostic. Elle est aussi extrêmement importante, et bien plus complexe qu’une simple mesure à l’humidimètre à électrodes (aussi appelé humidimètre à pointes), qui n’est souvent pas adapté.

Il convient de vérifier en premier lieu toutes les fuites accidentelles et les éventuelles infiltrations. Le réseau d’alimentation en eau peut être mis en pression afin de vérifier l’étanchéité de celui-ci. De même, des tests à la fluorescéine et à la lumière UV permettent d’identifier des infiltrations. Ensuite, la ventilation est un point important à contrôler (débit des bouches d’aspiration), tout comme l’humidité ambiante (intérieure et extérieure).

Une inspection thermographique peut mettre en avant de possibles ponts thermiques.

Une vérification du point de rosée est également préconisée.

Suite à ces premières investigations, la mesure de l’humidité des murs peut être réalisée, à l’aide de différents instruments :

  • l’humidimètre diélectrique permet de mesurer l’humidité en surface jusqu’à 4 cm,
  • l’humidimètre à micro-ondes permet de quantifier l’humidité jusqu’ à 30 cm de profondeur,
  • l’humidimètre à électrodes peut également être utilisé mais seulement pour le bois.

Lorsque les zones les plus humides sont identifiées et localisées, il est nécessaire d’établir une mesure à l’aide de la bombe à carbure, seul essai normalisé (et reconnu par les tribunaux).

Enfin, lorsque des remontées capillaires sont pressenties, les sels peuvent être testés à l’aide de bandelettes réactives (nitrate, chlorure, sulfate).

Établissement du rapport de diagnostic

À l’issue du diagnostic, dans un délai maximum de 10 jours, un rapport complet est remis au client.

Le document comprend notamment :

  • une récapitulation des constats relevés,
  • les mesures effectuées,
  • des illustrations (photo et infrarouge).

En outre, le rapport propose des préconisations de traitement. Il peut être accompagné d’un devis pour le traitement proposé.

Ce rapport est généralement envoyé par courrier, mais peut également être expliqué lors d’une présentation par l’expert.

Demander un

diagnostic

gratuit

Devis gratuit dans le département 49

* obligatoire